Avant l'hospitalisation, trop de patients Covid ont encore recours à des médications non efficaces

Médication Covid

Enquête flash : médication antérieure à l’hospitalisation des patients atteints de Covid présents aux CHU de Guadeloupe et de Martinique

Dans le contexte de défiance des populations martiniquaise et guadeloupéenne face à la vaccination contre la Covid-19, nous avons mené une enquête flash dans le but de décrire, d’une part le profil des patients hospitalisés pour Covid, et d’autre part, pour déterminer les médications auxquelles ils ont eu recours durant la phase pré hospitalière.

Nous avons interrogé à un instant donné (le 10/12/2021 entre 8h et 12h) tous les patients atteints de Covid des CHU de Martinique et de Guadeloupe (hors services d’urgences) :

  • 110 patients (47 en soins critiques), 54 % hommes et 46 % femmes
  • Age médian 61 ans (de 27 à 91 ans)
  • 55 % étaient obèses, 49 % hypertendus et 27 % diabétiques
  • Seuls 4 patients/110 présentaient un schéma vaccinal complet et parmi eux un seul était hospitalisé en réanimation
  • Quand l’information était disponible (81/110), 41 % des patients ont eu recours à la pharmacopée locale.
  • Quand l’information était disponible, 30 % ont eu recours à de l’ivermectine, 28 % à l’azithromycine, 25 % à des vitamines (C, D), 21 % à des corticoïdes. De plus, 5 patients ont eu recours à de l’hydroxychloroquine et 4 à du zinc.
  • Nous avons en outre estimé que 66 % des patients auraient pu bénéficier d’un traitement précoce par anticorps monoclonaux à partir des 3 facteurs de risque de forme grave que nous avions retenus pour notre enquête (âge, IMC≥30, diabète).

La présence d’un très faible nombre de patients vaccinés hospitalisés dans notre enquête est cohérente avec la réduction de 90 à 91 % du risque d’hospitalisation après vaccination (Estimation de l’impact de la vaccination sur le risque de formes graves de Covid-19 au sein des départements d’Outre-Mer. www.epi-phare.fr). En France hexagonale, et dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest, une 5e vague forte liée au variant Delta est en cours. Notre difficulté majeure pour faire face à une remontée des cas reste le faible taux de vaccination, la couverture vaccinale complète est de seulement de 33 % de l’ensemble de la population en Guadeloupe et de 34 % en Martinique.

Rappelons aussi que la Martinique et la Guadeloupe restent caractérisées par une forte prévalence de comorbidités et des capacités hospitalières limitées pour faire face à une nouvelle vague.

Dans notre enquête, les anticorps monoclonaux restent sous-utilisés par les équipes médicales, ce qui est en cohérence avec l’avis du COSV du 19/11/21. En phase pré hospitalière, le fort recours à des médications non efficaces entrave d’autant plus l’accès à cette possibilité thérapeutique reconnue.

Karine GUITTEAUD, Praticien Hospitalier, Responsable d'unité, Service de Maladies infectieuses, CHU de Martinique

Agathe CHAPLAIN, Praticien Hospitalier, Service de Réanimation polyvalente, CHU de Martinique

Tania FOUCAN, Praticien Hospitalier, Vice-Présidente de la CME, CHU de Guadeloupe

Sylvie MERLE, Praticien Hospitalier, méthodologiste USMR, Délégation à la recherche clinique et l'innovation, CHU de Martinique

Jean-Marie TURMEL, Praticien Hospitalier, Service de Maladies infectieuses, CHU de Martinique

Laurent CAMOUS, Praticien Hospitalier, Service de Réanimation polyvalente, CHU de Guadeloupe

Samuel MARKOWICZ, Praticien Hospitalier, Service de Maladies infectieuses, CHU de Guadeloupe

André CABIE, Professeur d’Université, Service de Maladies infectieuses, CHU de Martinique

Ruddy VALENTINO, Praticien Hospitalier, Service de Réanimation polyvalente, CHU de Martinique

42 Shares:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer

docteur masque oxygene
En savoir plus

Prise en charge réanimatoire des patients Covid-19

Durant la première vague épidémique en France, on a estimé que 16% des patients hospitalisés pour COVID-19 (COVID grave) nécessitaient une admission en réanimation. Ces patients présentaient une détresse respiratoire avec une respiration rapide (≥30/min) et une impossibilité d’obtenir une quantité (ou une saturation) d’oxygène suffisante au fonctionnement des organes vitaux en dépit de l’apport d’oxygène (6l/min).
Capture décran 2021 10 12 à 18.15.44
En savoir plus

Le point sur la 4ème vague en Martinique

Clément ANIN, médecin interne en anesthésie réanimation au CHUM, était invité par l'association Contact-Entreprises pour évoquer les éléments…
Capture décran 2021 11 02 à 12.42.44
En savoir plus

Joseph Abidos témoigne

Joseph Abidos est un ancien professionnel de santé. Il est aujourd’hui une personne à risque et a choisi…